FAQ

  • Qu'est-ce qu'un taux de PSA normal ?

    L’antigène spécifique de la prostate (PSA) est une protéine produite par les cellules de la prostate, qu'elles soient normales ou cancéreuses. Votre sang contient naturellement de petites quantités de PSA.

    Le taux de PSA « normal » fait encore débat et aucune valeur-seuil claire n’a été identifiée. En effet, les taux de PSA peuvent varier au fil du temps chez un même individu et peuvent augmenter avec l’âge et les maladies bénignes. Bien que l’identification de valeurs-seuils de PSA ne fasse pas l'unanimité, les limites suivantes ont été proposées sur la base de vastes études visant à évaluer le rôle du dépistage basé sur le PSA pour la détection précoce du cancer de la prostate :

    • Un taux de PSA inférieur à 4 ng/ml est généralement considéré comme normal. Cependant, certaines études suggèrent qu’un PSA inférieur à 1,5 ng/ml devrait être considéré comme normal. Toutefois, dans les deux cas, le taux de PSA doit être évalué dans le contexte des résultats du toucher rectal, de l’âge, des comorbidités, des médications concomitantes et des symptômes.
    • Les taux de PSA entre 4 et 10 ng/ml sont considérés comme suspects mais se situent dans la « zone grise ». Les hommes avec un taux de PSA compris entre 4 et 10 ng/ml ont environ 1 chance sur 4 de souffrir d'un cancer de la prostate.
    • Les taux de PSA supérieurs à 10,0 ng/ml sont considérés comme élevés. Si le taux de PSA est supérieur à 10 ng/ml, le risque de cancer de la prostate est supérieur à 50 %. Cependant, les valeurs du PSA peuvent augmenter au-dessus de la valeur-seuil de 10 ng/ml même chez les patients présentant des affections bénignes telles qu'une prostatite aiguë.

     

    À noter que tous les médecins n’utilisent pas la même valeur-seuil du PSA pour décider si d’autres tests, comme une biopsie, une IRM ou un biomarqueur, sont nécessaires. D'autres facteurs de risque, comme votre âge, le résultat du toucher rectal, l'origine ethnique et l'anamnèse familiale sont importants dans cette décision.

    En outre, un taux de PSA élevé peut avoir d'autres causes que le cancer de la prostate. D’autres affections non cancéreuses telles que l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) ou l’inflammation et l’infection de la prostate peuvent également augmenter le taux de PSA.

    Pour en savoir plus sur vos options en cas de PSA élevé

  • Quand dois-je recourir au test SelectMDx ?

    Lorsqu’une analyse du taux de PSA vous fait craindre un cancer de la prostate, le test SelectMDx vous livre plus d’informations. Le test SelectMDx combine vos informations cliniques et le dosage de deux gènes dans votre urine. De cette manière, il vous apporte, à vous et à votre médecin, une estimation de votre risque de déceler un cancer agressif de la prostate lors d’une biopsie.

    En outre, le test SelectMDx peut vous aider, vous et votre médecin, à déterminer la nécessité de procéder à une nouvelle biopsie prostatique si :

    • vous avez déjà subi une biopsie prostatique et qu’aucune cellule cancéreuse n’a été détectée dans l’échantillon de tissu prélevé ;
    • votre taux de PSA continue d’augmenter ;
    • vous craignez que la biopsie qui a été réalisée soit passée à côté des tissus contenant des cellules cancéreuses.

     

    Le test SelectMDx ne doit être effectué qu’à condition que votre taux de PSA ait été mesuré moins de 6 mois auparavant.

    Si vous avez subi une biopsie prostatique ou une résection transurétrale de la prostate (RTUP), vous devez attendre 3 mois avant d’effectuer un test SelectMDx, car cela peut influencer les taux de PSA sérique.

    Votre médecin doit interpréter les résultats avec prudence lorsque vous prenez des inhibiteurs de 5α-réductase comme du finastéride ou du dutastéride ou lorsque vous êtes atteint d’une infection des voies urinaires.

    Si le cancer de la prostate a déjà été diagnostiqué chez vous, vous n’entrez pas dans les conditions pour passer un test SelectMDx.

     

    En savoir plus sur vos options lorsque votre taux de PSA est élevé.

  • Où puis-je trouver un urologue qui effectue le test SelectMDx ?

    Une liste des urologues qui effectuent le test SelectMDx figure ici.

    Toutefois, n'importe quel urologue peut pratiquer le test SelectMDx. Il s’agit d’un test urinaire et des compétences particulière ne sont pas requises pour l'exécution du test. Cela signifie que vous pouvez demander à l'urologue de votre choix d'effectuer le test SelectMDx.

    Téléchargez la brochure destinée au patient pour l'apporter à votre urologue.

    Votre urologue peut demander un test gratuit.

    Votre urologue peut trouver plus d'informations ici.

  • Combien coûte le test SelectMDx ?

    Le test SelectMDx pour le cancer de la prostate est un test d’urine non invasif. Il mesure, dans l’urine, le dosage de deux gènes liés au cancer agressif de la prostate. Ce test est combiné à des informations cliniques afin d’évaluer le risque d’avoir un cancer virulent de la prostate.

    Le test SelectMDx coûte entre 250 et 290 euros (HTVA) en fonction des conditions locales de votre pays. Compte tenu de la nouveauté du test SelectMDx, il est possible qu’il ne soit pas encore remboursé par votre assurance maladie. Cela dépend de votre pays et du type d’assurance. Vous pouvez contacter votre assureur pour plus d’informations.

     

    En savoir plus sur les options disponibles en cas de PSA élevé.

  • Comment se passe le test SelectMDx ?

    Le test SelectMDx pour le cancer de la prostate est un test d’urine non invasif. Il consiste à mesurer, dans l’urine, le dosage de deux gènes liés au cancer agressif de la prostate. Ce test est combiné à des informations cliniques afin d’évaluer le risque de la personne d’avoir un cancer virulent de la prostate.

    Le test SelectMDx livre plus d’informations aux hommes soucieux de connaître leur risque de cancer de la prostate. Il permet d’établir s’il s’agit d’un cancer de la prostate ou d’un état prostatique « bénin » comme une prostatite ou une hypertrophie de la prostate (hyperplasie bénigne de la prostate, adénome). De plus, le test SelectMDx peut aussi discerner un cancer agressif de la prostate d’une maladie insignifiante.

    Dans la pratique clinique, le médecin procède à un toucher rectal (TR) dans le cadre du bilan diagnostique normal : le médecin introduit doucement un doigt ganté et lubrifié dans le rectum. Au terme de cet examen, le patient est invité à uriner dans un dispositif spécial afin de recueillir un échantillon d’urine.

    L’échantillon est envoyé au laboratoire pour analyse. Le médecin reçoit les résultats environ 7 jours plus tard. Ce rapport indique la probabilité qu’a le patient d’avoir un cancer de la prostate et, surtout, un cancer agressif de la prostate, selon le test SelectMDx. 

     

    En savoir plus sur les options disponibles en cas de PSA élevé.

  • Que signifient les résultats du test SelectMDx ?

    Le test SelectMDx pour le cancer de la prostate est un test d’urine non invasif. Il consiste à mesurer, dans l’urine, le dosage de deux gènes liés au cancer agressif de la prostate. Ce test est combiné à des informations cliniques afin d’évaluer le risque de la personne d’avoir un cancer virulent de la prostate.

    Le rapport SelectMDx fournit un degré de probabilité individualisée de trouver un cancer de la prostate lors d’une biopsie prostatique chez la personne en question. Deux scénarios sont possibles :

    • Risque très faible de cancer de la prostate : l’éventualité de détecter des cellules cancéreuses lors d’une biopsie est très faible. Cela vous permet, à vous et à votre médecin, de faire un choix éclairé quant au fait de retarder ou d’éviter une biopsie prostatique.
    • Risque de cancer de la prostate : le niveau de risque de cancer de la prostate, particulièrement la probabilité de détecter un cancer agressif de la prostate lors d’une biopsie, est très important pour déterminer les étapes suivantes. Vous et votre médecin pouvez faire un choix éclairé quant au fait de subir ou de retarder une biopsie prostatique.

    À l’instar de tout test, il peut y avoir la présence d’un cancer virulent de la prostate même si le résultat indique un risque très faible. Pour ce qui concerne le test SelectMDx, ce risque n’est que de 2 %.

     

    En savoir plus sur les options disponibles en cas de PSA élevé.

  • Quelle est la précision d'un test de PSA dans le diagnostic du cancer de la prostate ?

    Une des limites du test de PSA est que le PSA n’est pas spécifique au cancer de la prostate. Le taux de PSA peut également augmenter en raison de plusieurs autres affections non cancéreuses telles que l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), l’inflammation et l’infection de la prostate. Dès lors, un test de PSA ne permet pas de distinguer les pathologies « bénignes » de la prostate du cancer de la prostate.

    Un autre souci est que le PSA ne peut pas distinguer un cancer de la prostate plus agressif et cliniquement significatif d’un cancer moins susceptible de dégénérer, c’est-à-dire un cancer non significatif sur le plan clinique. Par conséquent, un cancer non significatif sur le plan clinique est diagnostiqué chez de nombreux patients et pourrait être traité inutilement.

    Les tests diagnostiques basés sur des biomarqueurs peuvent surmonter ces limitations de PSA. Ils sont spécifiques au cancer de la prostate et, surtout, les nouveaux tests de biomarqueurs (p. ex : SelectMDx) peuvent distinguer un cancer agressif d'un cancer indolent.

    SelectMDx est un nouveau test de biomarqueur qui détermine le risque de trouver un cancer agressif de la prostate lors d'une biopsie. Si le test est négatif, vous pouvez être sûr à 98 % de ne pas avoir un cancer agressif de la prostate et vous pouvez éviter une biopsie inutile.

    Pour en savoir plus sur vos options en cas de PSA élevé

    Téléchargez la brochure destinée au patient

  • Comment une biopsie de la prostate se déroule-t-elle ?

    Lors d’une biopsie de la prostate, le médecin prélève de petits fragments de tissu provenant de différentes zones de votre prostate en utilisant une fine aiguille. Il existe deux types de biopsie de la prostate :

    • Biopsie transrectale : guidée par échographie, une aiguille est insérée dans la prostate sous anesthésie locale par la paroi du rectum. C’est la méthode la plus répandue.
    prostate biopsy
    • Biopsie transpérinéale : guidée par échographie, une aiguille est insérée dans la zone de peau située entre les testicules et le rectum.

     

     

    Les biopsies de la prostate peuvent également être réalisées en se basant sur les informations d'une IRM, qui fournit des images de la prostate plus détaillées que l’échographie uniquement. La biopsie guidée par IRM et la biopsie guidée par fusion IRM/échographie sont généralement plus précise qu’une biopsie aléatoire et peut être réalisée par voie transrectale ou transpérinéale.

    Le tissu est observé au microscope pour détecter la présence de cellules cancéreuses. Le cas échéant, il est important de déterminer l'agressivité du cancer. Elle est déterminée par la biopsie ou par la classification ISUP qui va de 1 à 5. Plus ce score est élevé, plus le cancer est agressif.

    Pour en savoir plus sur vos options en cas de PSA élevé

  • Quels sont les risques d’une biopsie de la prostate ?

    Une biopsie de la prostate peut être inconfortable et douloureuse. La douleur et l’inconfort varient d’un patient à l’autre. Si certains patients ne ressentent qu'une douleur modérée, d’autres peuvent trouver une biopsie très douloureuse. Certains hommes continuent de souffrir de douleurs rectales un certain temps après la biopsie.
    Les autres risques associés à une biopsie de la prostate comprennent :

    • Un saignement rectal et la présence de sang dans les selles sont fréquents en raison de saignements à hauteur du site de la biopsie. Le sang peut rester présent dans vos selles pendant environ 2 semaines.
    • La présence de sang dans les urines est également fréquente et peut persister environ 2 semaines.
    • Sang dans le sperme. Il est fréquent de remarquer après une biopsie de la prostate une coloration rouge ou brunâtre de votre sperme provoquée par la présence de sang dans celui-ci. Ce symptôme peut persister pendant quelques semaines après la biopsie.
    • Dysurie. Chez certains hommes, une biopsie de la prostate peut entraîner des difficultés à uriner après l’intervention. La pose d'un cathéter urinaire temporaire peut s'avérer nécessaire.
    • Infection. Les hommes qui subissent une biopsie de la prostate peuvent développer une infection du tractus urinaire ou de la prostate qui nécessite un traitement antibiotique et parfois une hospitalisation.

    Pour en savoir plus sur vos options en cas de PSA élevé

  • Dois-je envisager une méthode d’imagerie telle que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une analyse du dosage de biomarqueurs de diagnostic ?

    L’imagerie (p. ex., l’IRM) et les biomarqueurs (p. ex., le test SelectMDx) livrent des informations différentes à propos de votre prostate ; ces informations sont généralement complémentaires. L’imagerie fournit une image anatomique de votre prostate tandis que les biomarqueurs livrent des informations biologiques à propos des cellules de votre prostate.

    Une IRM est non invasive, sûre et remboursée par la plupart des assurances maladie puisque ce procédé existe depuis plusieurs années déjà. Tous les centres cliniques ne sont malheureusement pas équipés d’appareils d’IRM de sorte que cela peut générer de longs déplacements pour les patients. De plus, les listes d’attente sont parfois longues et tout le monde n’est pas apte à subir une IRM : si vous avez des implants non compatibles avec les appareils d’IRM, si vous êtes allergique à l’agent de contraste ou si vous souffrez de claustrophobie, par exemple. Aussi, les images d’IRM doivent être interprétées par des spécialistes (uroradiologues) ayant une réelle expertise dans ce domaine. Une image d’IRM n’écarte pas totalement le risque d’avoir un cancer agressif de la prostate [1].

    SelectMDx est test d’urine basé sur les biomarqueurs. Ce test combine les niveaux d’expression de deux gènes dans un échantillon d’urine et les facteurs de risque clinique classiques d’un patient spécifique afin de déterminer la probabilité de déceler un cancer (agressif) de la prostate lors d’une biopsie. Ce test présente un risque de passer à côté d’un cancer agressif de la prostate de 2 % (valeur prédictive négative ou « VPN » de 98 %). Si le test est négatif, cela veut dire que vous pouvez être sûr à 98 % que vous n’avez pas un cancer agressif de la prostate et que vous pouvez ainsi éviter une biopsie inutile.

    Il est également possible de recourir aux biomarqueurs, tels que le test SelectMDx, et à l’IRM l’un après l’autre. Dans un premier temps, le test SelectMDx sert à déterminer la probabilité de cancer de la prostate. Un degré de probabilité élevé indique un haut risque de cancer de la prostate. Ce test ne permet toutefois pas de localiser la tumeur avec exactitude. C’est là que l’IRM peut être utile puisqu’elle est capable de localiser les lésions suspectes et d’orienter la biopsie. La biopsie doit servir à déterminer l’agressivité du cancer et le traitement adéquat.

    Si le test SelectMDx indique un très faible risque de cancer agressif de la prostate, vous pouvez infirmer ou confirmer, avec une certitude de 98 %, la présence de cellules cancéreuses agressives dans la prostate. Cela vous permettra, à vous et à votre médecin, de faire le choix le plus éclairé quant au fait de réaliser, de retarder ou d’éviter une biopsie prostatique. 

     

    En savoir plus sur vos options lorsque votre taux de PSA est élevé.

     

    1. Moldovan PC, Van den Broeck T, Sylvester R, et al. What Is the Negative Predictive Value of Multiparametric Magnetic Resonance Imaging in Excluding Prostate Cancer at Biopsy? A Systematic Review and Meta-analysis from the European Association of Urology Prostate Cancer Guidelines Panel. Eur Urol 2017;72:250-66

Posez votre question au conseil de rédaction

Si vous avez d’autres questions que nous n'avons pas abordées à propos de l’utilisation de tests basés sur des biomarqueurs pour le diagnostic du cancer de la prostate, n’hésitez pas à les adresser au comité de rédaction en utilisant le formulaire ci-dessous et nous reviendrons vers vous dès que possible !

Nous attirons votre attention sur le fait que les réponses aux questions concernant votre état de santé personnel ne doivent pas être considérées comme un second avis. Consultez toujours votre médecin traitant/urologue.

* Champs obligatoires